Le voile est levé – Bithumb est accusée de fraudes à répétitions

Quand les yeux sont plus gros que le ventre – Bithumb, la plateforme d’échanges sud-coréenne, est une place forte du pays. Pourtant, le 18 septembre, elle a été saisie par la Seoul Metropolitan Police Agency. Il semble que l’on ait affaire à un fraudeur récidiviste.

Notre avis sur Bitcoin (BTC) »

Bithumb, le mauvais élève

Ce n’est pas la première fois que la firme a des démêlés judiciaires. En janvier 2018, une perquisition avait été faite pour évasion fiscale. Au final, 28 millions de dollars avaient dû être payés à l’État.

Il y a également eu de nombreux hacks,ce qui a été considéré comme de la négligence en termes de sécurité. En juin 2017, un leak massif de données a pu être perpétré grâce à l’intrusion d’un hacker sur l’ordinateur personnel d’un employé.

En 2018, 32 millions de dollars se sont par ailleurs évaporés lors d’un hack, provoquant un mécontentement très sévère de la part des utilisateurs.

Enfin, le 28 mars 2019, l’entreprise a déclaré avoir perdu 20 millions de dollars, principalement en Ripple et en EOS, encore une fois lors d’un hack.

Comme si cela ne suffisait pas, le2 septembre 2020, Bithumb en a remis une couche. D’après le rapport publié par la Metropolitan Police Agency, il s’agit désormais de suspicions de fraudes au niveau des investissements.

Des utilisateurs trompés et laissés à leur sort

La fraude dépasserait cette fois les 25 millions de dollars. En effet, en 2018, la plateforme a vendu à ses investisseurs son token natif, le BXA (Blochain Exchange Alliance). Néanmoins, celui-ci n’a finalement jamais vu le jour sur la plateforme.

Des milliers d’investisseurs se sont retrouvés lésés, victimes d’une perte sèche de 25 millions de dollars. L’agence d’État a convoqué Lee Jung-Hoon, propriétaire Bithumb et PCA de Bithum Holdings.

L’homme est accusé de détournement de fonds, à des fins d’évasion fiscale, par le biais d’investissements offshore et via l’achat de propriétés à l’étranger. Selon la presse sud-coréenne, un autre homme, Kim Byung-gun, écoperait aussi du même chef d’accusation. Néanmoins, la police n’a pour l’instant pas initié de perquisition.

Selon Cointelegraph, la police a déjà perquisitionné, à 2 reprises, les bureaux de Bithumb, et l’affaire risque de s’éterniser.

Au cours des dernières années, la finance a démontré une prodigieuse créativité lorsqu’il s’agit de duper les États et de générer des gains illicites. Néanmoins cette stratégie montre désormais ses limites.

L’article Le voile est levé – Bithumb est accusée de fraudes à répétitions est apparu en premier sur Journal du Coin.

[…]
En savoir plus