Ce patron de Wall Street le jure : ses bitcoins qui valent des millions, il ne les revendra pas “avant 100 ans”

Il n’a d’yeux que pour BitcoinMichael Saylor, CEO de MicroStrategy, ne finit plus de faire l’éloge des bitcoins (BTC) depuis que sa société en a acquis des dizaines de milliers. Il affirme maintenant être un farouche HODLer, puisqu’il ne compte pas s’en séparer avant très longtemps.

Bitcoin, le nouveau standard monétaire mondial

Dans une récente interview donnée à Real Vision Finance, Michael Saylor explique que la décision des dirigeants de MicroStrategy d’investir dans Bitcoin vise à restructurer la trésorerie de l’entreprise.

L’homme d’affaires avoue en effet craindre l’état de fragilité de l’économie mondiale – basée sur l’hégémonie du dollar en tant que monnaie de réserve – et il s’est donc employé avec ses équipes à trouver des actifs qui fourniraient une réserve de valeur à long terme.

C’est alors que leur est venue la décision de miser sur Bitcoin :

« Ce n’est pas pour de la spéculation (…). C’est une stratégie d’entreprise délibérée d’adopter le standard Bitcoin (…) [Bitcoin] est la meilleure garantie au monde. »

Investir dans Bitcoin, une question de pérennité ?

L’enthousiasme démesuré du CEO de MicroStrategy pour Bitcoin ne s’arrête pas là. Il commence effectivement par dénoncer les monnaies fiduciaires, comme le dollar, en affirmant que si vous essayez de détenir 100 millions de dollars sur 100 ans, « vous en perdrez 99 % » en termes de pouvoir d’achat.

C’est pour cela que Michael Saylor semble, lui aussi, vouloir adopter la technique du HODL, si chère à la cryptosphère :

 « (…) c’est l’état d’esprit du long terme. Je l’achète pour le gars qui va travailler pour le gars qui va être embauché par le gars qui reprendra mon travail dans 100 ans. »

Cet optimisme débordant pour Bitcoin, qui plus est de la part d’un dirigeant d’une entreprise internationale, est agréable à voir.

En même temps, compte tenu des sommes immenses engagées par MicroStrategy dans Bitcoin, il vaut mieux être optimiste. Mais si tout cela est le début d’un grand mouvement de fonds, d’une migration (très) partielle des trésoreries de certaines multinationales (convaincues) vers Bitcoin, Michael Saylor pourrait bel et bien avoir fait le pari gagnant.

L’article Ce patron de Wall Street le jure : ses bitcoins qui valent des millions, il ne les revendra pas “avant 100 ans” est apparu en premier sur Journal du Coin.

[…]
En savoir plus