Catastrophe ambulante – Cette cryptomonnaie est si risquée que tout le monde hésite à s’en débarrasser

ETC, le nouveau mouton noir ? – Le réseau Ethereum Classic a récemment connu, non pas une, mais 2 attaques 51 % en l’espace d’une semaine. Ces attaques à répétitions ont rendu les plateformes d’échanges frileuses vis-à-vis d’ETC. Certaines envisagent même de délister la cryptomonnaie.

Notre avis sur Ethereum (ETH) »

ETC en danger ?

Au début du mois d’août la blockchain Ethereum Classic a été victime de deux attaques 51 % en moins d’une semaine, un record peu glorieux. En pratique, l’attaquant s’est emparé de plus de 51 % de la puissance de calcul, lui permettant d’effectuer une série de double dépense. Bilan des attaques : 7,3 millions de dollars dérobés à plusieurs plateformes d’échanges.

Depuis l’incident, l’ensemble des plateformes ont décidé d’augmenter le temps de confirmation pour les ETC entrants et sortants. Certaines semblent même décidées à se retirer. Par exemple, Poloniex a fortement envisagé de quitte l’aventure à la suite des deux attaques, mais s’est pour le moment abstenu à cause de l’histoire d’ETC :

« L’ETC est un atout majeur qui remonte au début de l’histoire d’Ethereum et fait partie intégrante de son histoire. », James Seibel, Senior Manager de l’Ingénierie à Poloniex sur TheBlock

Bien que de nombreuses plateformes n’aient pas encore passé le pas, celles-ci restent vigilantes. Ainsi, Kraken, OKEx, Huobi et OKCoin surveillent activement la situation d’ETC pour prendre leur décision.

De son côté, OKEx a été la première touchée par les attaques. Celle-ci a avoué au crypto-média The Block qu’elle serait « forcée de délister » ETC si rien n’était fait pour empêcher de nouvelles attaques au plus vite.

Quelles solutions pour ETC ?

La chute du hashrate (puissance de hachage) est pour le moment le principal problème d’Ethereum Classic.

Évolution du hashrate d’Ethereum Classic depuis son lancement – Source : Bitinfocharts

En effet, celle-ci a violemment chuté après avoir atteint un maximum le 29 janvier dernier. Qui dit hashrate bas dit faible coût pour réaliser une attaque 51 %. D’après le site Crypto51, 1 h d’attaque coûterait en moyenne 6 091 dollars, un chiffre extrêmement bas en comparaison des 359 164 dollars nécessaires pour attaquer Ethereum.

Selon Terry Culver, le CEO d’ETC Labs (entreprise en charge du développement d’Ethereum Classic), « la seule solution serait de rendre le minage d’ETC plus profitable au plus vite ».

Cependant, la création et le déploiement d’un nouvel algorithme de minage pourraient prendre 6 à 9 mois. Une période relativement longue au vu des problèmes immédiats auxquels fait face Ethereum Classic.

De son côté, la fondation Ethereum Classic presse ETC Labs pour passer à un algorithme SHA-3 au détriment de l’actuel Ethash. Une modification déclinée par ETC Labs, car « cela a interféré avec leurs plans de parité de l’ETH ».

De leur côté, ETC Labs compte sur le passage au Proof of Stake d’Ethereum pour voir arriver une nouvelle vague de mineurs. Une hypothèse qui est loin d’être partagée par l’ensemble de la communauté.

Quoi qu’il en soit, le temps est compté pour Ethereum Classic. ETC Labs va devoir prendre des mesures drastiques pour sécuriser sa blockchain au plus vite, au risque de voir partir la plupart des plateformes d’échanges. Si cela venait à arriver, il y a fort à parier que le hashrate diminuera, fragilisant un peu plus la sécurité du réseau.

L’article Catastrophe ambulante – Cette cryptomonnaie est si risquée que tout le monde hésite à s’en débarrasser est apparu en premier sur Journal du Coin.

[…]
En savoir plus